Les labels bio

Home  >>  Astuces et conseils  >>  Les labels bio

 Astuces et conseils   6 juillet, 2017

Les labels bio

L’agriculture bio limite le recours aux pesticides, aux engrais et aux organismes génétiquement modifiés (OGM). Mais pour être sûr de consommer un produit bio, il faut des garanties. C’est la fonction du label. 

 

Les labels sont autant de sigles qui permettent au consommateur de repérer lorsqu’il achète un produit certifié bio. Cependant, il est parfois difficile de les discerner les uns des autres, car ils ne remplissent pas tous le même cahier des chartes. Retour sur ces significations :

Le label AB est certainement le plus connu de tous puisqu’il est obligatoire sur tous les produits bio vendus en Europe. Créé en 1985, ce label indique l’endroit où ont été produits les ingrédients, raison pour laquelle nous pouvons lire : Agriculture UE / Agriculture non-UE / Agriculture UE-non-UE.

Ce label permet au consommateur de reconnaître les produits biologiques, et de le rassurer quant au respect du règlement de l’agriculture biologique, sur l’origine des produits qui doit être mentionnée, et sur la provenance des matières premières.

Pour le déchiffrer, le label AB est français, et autorise 0.9% d’OGM dans la culture. Les produits sur lesquels il est apposé contiennent au moins 95% de produits biologiques.

Le label européen est mis en place en juillet 2010 dans les 27 pays de l’Union Européenne et apporte les mêmes garanties que le label AB, à savoir que les produits sont 100% bio, ou contienne au moins 95% de produits agricoles bio pour les produits transformés.

Cependant, il est à préciser que ce label de réglementation européenne est jugé « laxiste » car bio et non-bio sont autorisés sur une même exploitation (d’où l’acceptation d’introduction accidentelle d’OGM).

Le label Bio cohérence est officiellement lancé en avril 2009. Il s’agit d’une marque indépendante garantissant des produits bio répondant à des critères exigeants. Il est par ailleurs plus strict que les conditions imposées par l’Europe. Il récompense les exploitations recourant à 100% de produits bio, 80% des aliments donnés aux herbivores doivent être produits sur place et 50% des aliments donnés aux autres animaux doivent être produits par l’exploitation.

Il ne tolère aucune trace d’OGM, les produits transformés doivent être 100% bio et les traitements vétérinaires sont plus restreints qu’avec le label européen.

Le label Nature & Progrès est fondé en 1964 et a la particularité de regrouper des professionnels et des consommateurs. La charte à suivre pour les producteurs est davantage contraignante que les autres labels du monde biologiques. Les viandes sont nourries a 100% avec des produits bio et l’exploitation entière doit être certifiée biologique. Les fermes doivent se trouver à 500m des sources de pollution (axes routiers, exploitations agricoles polluantes …) et le temps de transport des animaux est limité à 6 heures.

En ce qui concerne la production végétale, les fruits et les légumes ne doivent être cueillis qu’une fois arrivés à maturité, les substances chimiques de synthèses sont proscrites et les producteurs ont l’obligation de composter leur fumier avant épandage.

Ce label indépendant prend en compte l’aspect social et environnemental des exploitations, et exclut toute présence d’OGM ainsi que l’autorisation du non-bio sur la même exploitation.

Le label Déméter et Biodyn est fondé en 1924, et utilise les énergies qui imprègnent le lieu de production. Ce label est attribué aux produits issus de l’agriculture biodynamique, et se base sur le respect des sols, des lois et des rythmes de la nature. Ce label garantit :

  • Le respect des cycles naturels : exploitation du flux énergétique des sols et des astres, une production réduite en quantité pour respecter l’équilibre du domaine, et s’engage à maintenir un circuit le plus autonome possible de substances et de forces entre le sol, la végétation et les animaux ;
  • Le respect du vivant : les élevages d’animaux se font avec leur espèce dans la nature, opère une diversité végétale pour l’équilibre du paysage, favorisation des échanges locaux, réutilisation des déchets (végétaux et animaux) issus de la production ;
  • La fertilisation naturelle : utilisation de préparations naturelles pour vivifier la terre

Les labels bio et leur apposition sur les produits sont souvent méconnus du public, nous espérons ainsi vous avoir apporté les éléments nécessaires pour en faire la distinction !